HASSIBA BEN BOUALI PAR ZOHRA DRIF…

Née le 18 janvier 1938 à El-Asnam (aujourd’hui Chlef), Hassiba Ben Bouali y entama ses études primaires, qu’elle poursuivit à l’école Aïn Zerga, à Alger, où ses parents s’étaient installés en 1947. Elle obtient le certificat d’études primaires en 1950 et entre au lycée Pasteur (aujourd’hui annexe de la Faculté Centrale), où elle y étudia jusqu’en deuxième année.

De nombreux témoignages la présentent comme une adolescente particulièrement éveillée, curieuse et sensible. 

C’est ainsi que, par le biais du scoutisme, elle effectue de grandes randonnées à travers le pays et découvre les conditions déplorables de vie de la paysannerie algérienne. L’étalage de l’injustice la révolte profondément. 
Hassiba Ben Bouali rêvait de devenir infirmière mais elle ne put que s’employer dans un bureau social, où elle complétera sa vision de la situation des Algériens. Sa prise de conscience l’amène à militer dès l’âge de seize ans an sein de l’Union Générale des Etudiants Musulmans Algériens. 

Dès lors, elle s’impliquera de plus en plus dans le combat nationaliste, et, vers la fin de l’année 1956, elle intégra avec d’autres jeunes filles un des réseaux des fedayins qui se distinguèrent durant la bataille d’Alger. Elle fit ainsi parties d’un groupe chargé de fabriquer des bombes et de les déposer sur les lieux d’opération. 

Mais les services de renseignement français finirent par recueillir des informations sur ce groupe. L’atelier clandestin de fabrication des bombes est aussitôt investi tandis que de nombreuses arrestations ont lieu. Hassiba Ben Bouali est alors obligée de quitter son domicile et de rejoindre la Casbah, citadelle de la révolution quadrillée par la soldatesque coloniale. 

C’est à ce moment que la répression à Alger s’accentua. Les autorités françaises voulaient en finir avec les réseaux urbains du FLN, qui semaient la panique dans les milieux des colons et dont les actions spectaculaires jouissaient d’une grande audience internationale. 

En février 1957, Larbi Ben M’hidi, chef de la zone autonome d’Alger, avait été arrêté et assassiné. D’autres arrestations eurent lieu les mois suivants. 

Le 8 octobre 1957, Hassiba Ben Bouali se trouvait dans une cache au numéro cinq des la rue des Abderames, en plein coeur de la Casbah, en compagnie d’Ali la Pointe et du petit Omar, âgé de douze ans. A la tombée de la nuit, la maison fut encerclée par les parachutistes français. 

On somma les trois fedayins de se rendre. Devant leur refus, les soldats français firent sauter la maison. Hassiba Ben Bouali et ses compagnons périrent sons les décombres ainsi que 17 Algériens dont les maisons furent soufflées par l’explosion. 

Le martyre de Hassiba Ben Bouali devint un motif supplémentaire de la détermination du peuple algérien ainsi qu’une illustration éclatante de la participation de la femme algérienne au combat libérateur.

 

Témoignages de Zohra Drif sa compagnante d’armes 

 

 

« Physiquement, Hassiba n’avait pas le type mauresque. Elle avait les yeux bleus, très belle fille. Elle avait les cheveux très clairs qu’on a teints en roux avec du henné. Elle s’est transformée en une « fatma » de la casbah avec le pantalon bouffant. Elle était à la Casbah le temps que la filière s’organise pour peut-être ensuite rejoindre la Tunisie. Mais est intervenue la bataille d’Alger… », poursuit Zohra Drif. « Elle était mince mais avait beaucoup d’endurance, car ce n’est pas évident de vivre pendant un an enfermé dans une maison, portant le haïk pour se déplacer. Le danger… Elle avait une capacité d’adaptation incroyable malgré sa provenance d’un milieu bourgeois. Mais cela prouve que nous étions un peuple sans barrière sociale ni différence. Elle avait de la suite dans les idées. ça restait une très jeune fille, très romanesque et idéaliste. » Zohra Drif, qui s’est remise de ses émotions en évoquant Hassiba et ses compagnons morts, a brusquement les yeux embués et la voix ténue. « Quand les paras sont arrivés ce fameux jour au 5, rue des abderames, alors que les frères étaient dans la cache, ils ont pris le mégaphone et ont dit à Hassiba qu’elle pouvait sortir, qu’ils ne lui feront aucun mal. Elle avait le choix. Elle a répliqué : ‘‘Je préfère mourir avec mes frères’’ », murmure d’une voix étranglée Zohra Drif. Hassiba Ben Bouali avait alors 19 ans.

Source: l’Algérie en grand .DZ Blog

Publicités

Une Réponse

  1. لله يرحمها كانت بطلة

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :